Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 17:12

         013.jpg
Tous droits réservés - Reproduction interdite.

 

On l'entend souvent, on le voit un peu plus rarement.
Ce jour-là, j'ai eu la chance de voir un Pic-Epeiche juste devant ma fenêtre, en haut du sapin. 

Repost 0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 20:32

                                           blog.png 

 

L'auteur de ce blog "Planète Animale" étant poursuivi en justice pour un article publié, il n'y aura plus, au moins jusqu'à l'issue du procès, que de belles photos d'animaux de publiées ici.


 



Repost 0
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 14:40

De nos jours il est à la mode, donc de bon ton, d'appartenir à une catégorie, quelle qu'elle soit.
C'est ainsi que chez les « amis des animaux », on appartient facilement à la catégorie des végétariens, des végétaliens, voire des vegans. (je ne parlerai pas des "flexitariens", qui sont des omnivores qui ne s'assument pas en tant que tels)
Mais que ce cache-t-il exactement sous ces appellations, trop souvent galvaudées ?

Par définition, le végétarien ne mange aucune chair animale. Le vivant, sur Terre, se partage en trois règnes : le règne animal, le règne végétal et le règne minéral.
Les poissons, les poulets, les cochons sont, jusqu'à ce qu'on nous prouve le contraire, des animaux. Pourquoi rencontre-t-on alors tellement de monde se prétendant végétarien, tout en précisant « je mange juste du poisson, des crustacés, du poulet et/ou du jambon » ?  

 

http://i59.servimg.com/u/f59/11/19/28/79/images11.jpg

 

Par définition, le végétalien ne mange aucun produit issu des animaux. Dommage de rencontrer encore des végétaliens buveurs de boissons au cola, contenant notamment de la cochenille. Mais reconnaissons que dans l'ensemble, les végétaliens respectent les préceptes du groupe alimentaire auquel ils appartiennent. Peut-être parce qu'ils sont peu nombreux?
En effet, beaucoup de végétaliens, aujourd'hui, trouvent visiblement plus « classe » de se considérer comme vegan.

 

http://i59.servimg.com/u/f59/11/19/28/79/images12.jpg


Par définition, le vegan refuse la consommation, alimentaire ou non, de tout produit issu de l'exploitation animale humaine et/ou non humaine.
Un vegan ne montera donc pas à cheval (jouera encore moins au tiercé), ne sera pas spectateur d'un cirque exploitant des animaux, n'entrera pas dans un zoo etc....
Il ne portera pas de vêtements comportantt de la fourrure, du cuir, des plumes, du « gore-tex », de la soie, de l'élastine etc.....
Il ne fréquentera pas les chaînes de restauration rapide exploitant leurs employés, ni ne portera de marques exploitant des enfants dans les pays en voie de développement.
Bien entendu, c'est la base, il ne consommera pas d'aliment provenant de l'exploitation animale, humaine et/ou non humaine.
Végétalien dans son régime alimentaire ? Non, pas exactement. Le végétalien peut dans sa logique manger tout ce qui n'est pas produit par l'animal. Le vegan se devra d'aller plus loin, et de ne pas consommer d'aliment issu de l'exploitation animale, même indirecte.
Aliments ici visés ? Le soja produit dans les pays équatoriaux (le soja bio cultivé en France, sans déforestaion, est sans problème consommé par les vegans) et l'huile de palme.
Comment, en effet, se prétendre vegan quand on consomme un produit pour lequel des animaux, humains et non-humains, sont tués, violentés, emprisonnés chaque jour ?  

 

http://i59.servimg.com/u/f59/11/19/28/79/images13.jpg

             Pour planter les palmiers à huile, il faut d'abord détruire la forêt tropicale en la brûlant

 

les orangs-outans sont souvent les plus cités, mais ils sont loin d'être les seuls concernés : beaucoup d'autres races de primates subissent le même sort (brûlés vifs dans la déforestation, enfermés dans des bordels pour satisfaire les pulsions sexuels de désaxés), les oiseaux tropicaux sont capturés pour être vendus notamment aux touristes, les éléphants sont également victimes directes de la déforestation.
Quant aux humains vivant sur les terres visées pour être plantées de palmiers à huile, leurs villages sont pillés, détruits, les populations emprisonnées, les femmes violées, les hommes tués.

 

http://i59.servimg.com/u/f59/11/19/28/79/images14.jpg
   Eléphant empoisonné pour l'huile de palme


Au nom d'un « veganisme à deux vitesses », on refuserait donc de laisser sur-exploiter les vaches « bien de chez nous », de laisser voler le lait des veaux « bien de chez nous », de voir tout ce petit monde partir à l’abattoir à un âge où il ne demande qu'à vivre, mais on accepterait que les pires exactions soit pratiquées sur des animaux « de là-bas », loin de nos yeux.

 

http://i59.servimg.com/u/f59/11/19/28/79/sans-t10.png

 Femelle orang-outang prostituée pendant 12 ans


Pourtant, peu nombreux sont les « vegans » à se préoccuper de s'alimenter sans cette huile de palme. Certains évoqueront pour se disculper la si fameuse certification RSPO. Certification officiellement sans valeur, puisqu'auto-délivrée par les palmistes eux-même. Les animaux victimes de la « déforestation durable » sont désormais légion.

 

http://i59.servimg.com/u/f59/11/19/28/79/images15.jpg
 Des associations tentent de sauver les animaux de la forêt


En outre, un vegan ne peut manger que « bio ». Un aliment non bio, bourré de produits chimiques testés sur les animaux (dont certains destinés, d'ailleurs, à tuer des animaux : les pesticides) ne pouvant en aucun cas, c'est logique, être considéré comme vegan.

 

http://i59.servimg.com/u/f59/11/19/28/79/images16.jpg

Orang outan brûlé vif dans la déforestation pour l'huile de palme

   
Alors finalement, parmi les gens qui se déclarent vegan, combien sont en fait de simples végétaliens ? Un écrasante majorité. Hélas.

 

Repost 0
Published by Planète Animale - dans Consommation
commenter cet article
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 21:54

 

Beaucoup d’additifs sont extraits de cadavres d’animaux ou de produits d’origine animale. Méfiez-vous de tous les ajouts de vitamines dont il n’est pas spécifié l’origine. Par exemple la vitamine D3 est d’origine animale(extraite de poisson en général), on la retrouve souvent dans des margarines, même lorsqu’il y a écrit en gros sur l’emballage « margarine 100% végétale » (la loi autorise un certain pourcentage de manière d’origine animale pour un produit s’affichant 100% végétal ! !). La vitamine D2, par contre, est d’origine végétale.
En Europe, les additifs alimentaires sont désignés par des sigles. Ce sont les « E », il en existe au total 3800. Certains ne sont pas précédés par le préfixe « E », cela signifie qu’ils n’ont pas été approuvés par la CEE.

 

 

 

- Les « E » suivant peuvent être d’origine animale : E101(lactoflavine ou riboflavine), E101a(riboflavine 5 - phosphate), E153(charbon noir), E161b(xanthophylles), E161(g) (xanthophylles), E236(acide formique), E237 (formiate de sodium), E238 (formiate de calcium), E270 (acide lactique), E322 (lécithines), E325(lactate de sodium), E326(lactate de potassium), E327(lactate de calcium), E422(glycérol), E430, E431, E432, E433, E434, E435, E436, E470a, E470b, E471(mono et diglycérides d’acides gras et leurs esters), E472a(mono et diglycérides d’acides gras et leurs esters. Idem pour b, c, d, e, f), E472b, E472c, E472d, E472e, E472f, E473(sucroesters), E474(sucroglycérides), E475(ester polyglycériques d’acides gras alimentaires non polymérisés), E476, E477(monoesters du propylène-glycol d’acide gras), E478, E479b, E481(stéaroyl-2-lactylactate de sodium), E482(stéaroyl-2-lactylactate de calcium), E483(tartrate de stéaroyle), E491, E492, E493, E494, E495, E570(acide stéarique), E572(stéarate de magnésium), E585, E627(guanylate de sodium), E635, E640, E920, E1518.

 

- Acide lactique / E270 : d’origine animale (lait) ou végétale.  

 

- Albumine : issue des œufs mais aussi parfois du lait, des muscles ou du sang. Origine végétale possible.

 

- Allantoïne : acide urique provenant des mammifères, que l’on retrouve dans certains liquides vaisselles et en cosmétologie. Origine végétale possible

 

- Ambre gris : substance parfumée issue de l’intestin des cachalots. Employé comme fixatif pour les parfums et comme arôme dans l’alimentaire.

 

- Arômes naturels : peut signifier tout ou n’importe quoi.

 

- Aspartame / E951 : l’acide aspartique qui entre dans sa composition n’est pas toujours végétal.

 

- Bifidus : composant de la flore intestinale des nourrissons, utilisé industriellement comme ferment lactique. Du bifidus vegan existe aussi.
-
Bile : liquide sécrété par le foie.

 

- Blanc ou huile de baleine : huile issue de la tête des cachalots ou des dauphins. Utilisée en cosmétologie, dans l’industrie du cuir et certaines margarines.

 

- Castoréum : issu des sécrétions glandulaires du rat musqué et du castor. NB : « castor oil » ne signifie pas huile de castor mais huile de ricin.

 

- Caséine : protéine de lait.

 

 

 

- Cellules fraîches : prélevées sur des fœtus d’animaux.

 

- Chitine : issue des carapaces des crustacés.

 

- Cire d’abeille / E901 : entre souvent dans la composition des baumes pour les lèvres et autres produits cosmétiques. Elle est aussi utilisée pour fabriquer bougies et crayons.

 

- Civette : sécrétion odorante obtenue en stimulant par la torture un mammifère appelé civette.

 

- Cochenille / E120 : pucerons que les péruviens élèvent sur des cactus, et qui sont broyés pour obtenir un colorant (rouge). Ce colorant est utilisé dans les aliments (charcuterie, confiserie), médicaments (sirops, pilules) et cosmétiques (rouges à lèvres et à joues).

 

- Collagène : protéine fibreuse des vertébrés. Très courante en cosmétologie.

 

- Disodium de phosphate / E631 : peut être préparé à partir d’extrait de viande ou de sardines séchées.

 

- Elastine : on en trouve dans l’aorte et les ligaments du cou des bovins.

 

- Gélatine : ingrédient très répandu, obtenu en faisant bouillir tendons, os, ligaments. Utilisation : épaississant dans les crèmes desserts, les bonbons, les glaces, les gâteaux, les marshmallows, les yaourts, etc. Dans les produits labellisés Bio, la gélatine est presque toujours d'origine végétale (algues)

 

- Gelée royale : sécrétion des glandes pharyngiennes de l’abeille servant à nourrir les jeunes larves.

 

- Glycérine / glycérol / E422 + monoglycérides / diglycérides / E471 / E472 : graisses animales utilisées notamment dans les biscuits. Origine végétale ou synthétique possible.

 

- Hexaphosphate inositol de calcium : toujours d’origine animale.

 

- Huile de poisson : très courante dans les margarines.

 

- Insuline : hormone sécrétée par le pancréas des bœufs et des cochons et utilisée par les diabétiques. Il existe des alternatives synthétiques et de l’insuline humaine fabriquée en laboratoire.

 

- Isinglass : gélatine fabriquée à partir de vessies de poisson, utilisée pour clarifier les vins et les bières. NB : la plupart des bières et des vins contiennent des produits animaux (isinglass, œufs, sang, gélatine, ...) pour clarifier, conserver, colorer, ...

 

- Kératine : provient notamment des ongles, poils, plumes de divers animaux.

 

- Lactose : sucre du lait, on lui connaît aussi une forme d’origine végétale.

 

- Lanoline : substance extraite du suint de la laine des moutons. Utilisée en médecine et cosmétologie.

 

- Lécithine / E322 : extrait d’œufs, soja, sang ou tissus névralgiques. On en trouve un peu partout dans les produits alimentaires. Il existe aussi de la lécithine de soja.

 

- Levure de bière (saccharomyces cerevisiae) : est issue de la fabrication de la bière. Certaines levures peuvent être cultivées à partir de sous-produits lactosés, provenant de la fabrication du fromage.

 

- Musc : obtenu à partir des glandes abdominales d’un certain type de cervidé. Couramment employé en parfumerie.

 

- Noir animal : os calcinés employés pour raffiner certains sucres.

 

- Œstrogène : issu soit des ovaires des vaches soit de l’urine de juments maintenues enceintes spécialement dans ce but et dont les poulains sont systématiquement éliminés à la naissance. Utilisation : pilules contraceptives (ex : Premarin). Forme synthétique possible.

 

- Pepsine : issue de l’estomac des cochons, utilisée comme coagulant.

 

- Petit-lait : provient du lait. Souvent rencontré dans les biscuits et les bonbons.

 

- Phosphate de calcium : peut être fabriqué à partir d’os animal. Ainsi le E542 est toujours d’origine animale. Utilisé, semble-t-il, plus particulièrement au Royaume-Uni et entrant notamment dans la composition des cachets et celles des comprimés de minéraux.

 

- Présure : coagulant. L’immense majorité des fromages en France en contient. Cela provient de l’estomac des veaux nouveau-nés qui sont ainsi sacrifiés pour la fabrication du fromage. Il existe des présures végétales mais on les rencontre très rarement.

 

- Progestérone : hormone sécrétée par les glandes de différents animaux.

 

- Propolis : gomme recueillie par les abeilles pour la construction de la ruche. On en rencontre essentiellement dans les produits cosmétiques.

 

- Saindoux : graisse animale.

 

- Suif : graisse animale que l’on retrouve généralement dans les savons et les bougies. Origine végétale possible.

 

- E631 : dont le nom anglais est « sodium 5’ inosinate », est toujours d’origine animale.

 

Repost 0
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 13:42

Une poule a une espérance de vie moyenne d'environ 14 ou 15 ans.
Comment dans ces conditions, deux d'entre elles peuvent-elles mourir de tous les signes de la vieillesse à seulement 3 ans et 8 mois?

http://i39.servimg.com/u/f39/11/19/28/79/3993_t10.jpg
                                                                        Thérèse

Il suffit pour ça d'être une poule pondeuse de cage, ces cages de batteries où les poules sont des machines à pondre pendant une durée de 12 à 14 mois selon les exploitations et les races de poules.
Thérèse et Brigitte, après 4 mois de vie à grandir entassées avec des milliers d'autres poulettes (sans jamais avoir connu de mère, sans même que leurs oeufs n'aient été un jour couvés) dans un hangar sans jamais voir la lumière du jour, ont un jour été jetées dans des cages, toujours à l'abri de la lumière du jour, pour y pondre le maximum d'oeufs pendant 12 mois.
Elles ont eu la chance de faire partie d'un petit groupe de 670 poules adoptées avant que, pour les remercier de leurs bons et loyaux services, elles ne partent se faire tuer à l'abattoir.
Elles ont eu la seconde chance de ne pas mourir du célèbre "cancer du canal de ponte", cancer causé par une surponte prolongée.
Elles n'auront pas eu la chance de survivre à une usure générale prématurée, et seront mortes, à une semaine d'intervalle, de "vieillesse", à seulement 3 ans et 8 mois.

http://i39.servimg.com/u/f39/11/19/28/79/3389_b11.jpg
                                                                   Brigitte

Une étude récente prétend que 90% des français sont opposés aux exploitations de cages en batterie, ces exploitations d'où sortent les oeufs dont le code sur la coquille commence par "03", et les oeufs destinés à l'industrie alimentaire (plats préparés de grande surface ou des traiteurs, mayonnaises, gâteaux et pâtisseries de grandes surfaces et des artisans boulangers/pâtissiers, etc...).

http://i39.servimg.com/u/f39/11/19/28/79/4270_t10.jpg
                                                                           Thérèse

Si 90% des français sont réellement opposés à ce mode de détention des poules, comment se peut-il que des hangars contenant des dizaines de milliers des poules en cage fleurissent autant dans nos campagnes?
Les 90% de français contre l'incarcération des poules dans ces camps de concentration pour oiseux seraient-ils les consommateurs de ces oeufs, donc acteurs directs de ces vies de souffrance?
A méditer......

Repost 0
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 21:22

 

Quand on souhaite adopter un petit animal, pourquoi ne pas se diriger vers l'adoption d'une souris ? Pas chère, facile d'entretien, qui ne prend pas trop de place... avoir une souris chez soi est-il exactement ce que vous pensez ?
Quelques détails qu'il vaut mieux connaître avant de s'engager, plutôt que les découvrir au fur et à mesure de sa cohabitation avec sa souris.


 01.jpg

                        (photo 1)

Mâle ou femelle ?

La souris est un animal grégaire, c'est-à-dire qu'elle vit en groupe à l'état sauvage. Cependant, en captivité, si un groupe de femelles, même important en nombre, ne pose généralement aucun problème, plusieurs mâles cohabitent rarement sans bobo. Le mâle est territorial, et il est rare qu'il accepte la présence d'un autre mâle dans son espace. Dès la puberté les bagarres sont de mise entre eux, allant le plus souvent jusqu'à la mort des dominés, pour ne laisser en vie que le seul dominant.

02.jpg                        Cohabitation hamonieuse entre mâles castrés      (photo 2)

La femelle étant en chaleur tous les trois jours, et donnant naissance à des portées d'environ 10 bébés, laisser un mâle dans un groupe de femelles s'avère très rapidement ingérable. De plus, la consanguinité peut provoquer des maladies inguérissables, telle celle dîte du "sang qui gratte", fréquete dans la consanguinité : les souris atteintes s'auto-mutilent, allant fréquemment jusqu'à détruire leurs oreilles ou leurs pattes, voire se grattant juqu'à en mourir.

03.jpg                        Souris victime de la maladie du "sang qui gratte"    (photo 3)

Il est donc de mise, en captivité, de faire vivre les mâles de manière isolée, ce qui demande, pour que l'animal ne s'ennuie pas, une importante présence humaine à ses côtés.
Une autre possibilité est de faire pratiquer sur le mâle une castration chirurgicale. Attention, si l'intervention permet à un mâle de vivre dans un groupe de femelles, ou de faire cohabiter ensemble plusieurs mâles castrés, elle se doit d'être pratiquée par un vétérinaire spécialisé dans les NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie), car elle demande une dextérité particulière, ainsi qu'une bonne connaissance de l'anesthésie d'une souris de seulement quelques dizaines de grammes (voir moins si l'intervention est pratiquée dans les toutes premières semaines de vie).

 

 

04.jpg                         (photo 4)


Il existe cependant des cas de cohabitation harmonieuse entre mâles. Pour exemple ces deux mâles de quelques mois d'écart d'âge, ayant connu le malheur ensemble. Privés d'entretien, de nourriture et de tout l'indispensable à leur bien-être, n'ayant pas été non plus sociabilisés par l'humain, ils se sont serrés les coudes jusqu'à l'amour total, tellement qu'au décès de l'un d'eux, à un âge déjà avancé, l'autre serait mort s'il ne s'était alors et de façon soudaine et inattendue laissé approché puis cajolé par l'humain.

 05.jpg         2 petits mâles qui s'aimeront toute leur vie. Cas rare de cohabitation pacifique entre souris mâles (photo 5)

Il ne faut pas non plus envisager de faire cohabiter une souris avec une autre espèce. Sur la photo suivante, vous constaterez le résultat d'une cohabitation forcée entre un hamster russe, au demeurant très gentil, avec une souris mâle : la queue de cette dernière a été mangée par le hamster, et un morceau d'oreille a disparu.
Une souris sans queue n'a plus son sens naturel de l'équilibre, et requière une cage plus basse, pour limiter les risques de chutes.

 14.jpg
                        Souris attaquée par un hamster lors une cohabitation forcée    (photo 6)

Les femelles sont le plus souvent mises en petits groupes d'au moins deux individus dans une même cage, car considérées comme n'étant pas faites pour vivre seule. En réalité, elles ne le sont pas plus que les mâles mais pas moins, et pourront donc se satisfaire à l'instar de ceux-ci d'une vie en solitaire, si elles sont très souvent accompagnée d'un ami humain.



La cage

La souris étant un tout petit animal, il est souvent considéré qu'elle n'a pas besoin d'une grande cage. Or, à l'état sauvage, une souris peut parcourir plusieurs kilomètres en une seule nuit. Même agrémentée d'une roue (pleine, pour ne pas risquer qu'une patte se coince entre les barreaux), la cage d'une souris doit donc être spacieuse, et offrir à son occupante de quoi faire des exercices nombreux et variés.

07.jpg                        Exemple de roue pleine, sans danger pour les petites pattes

On la choisira donc de belle taille, avec des barreaux tout autour et sur le dessus pour permettre à sa souris de grimper, de marcher au plafond, bref... de s'éclater !

08.jpg

                  98cm de long, 50cm de large, 60cm de haut, exemple de cage idéale pour un groupe de 6 à 8 souris



09.jpg
                       80cm de long, 50cm de large, 60cm de haut, exemple de cage idéale pour 1 à 3 souris

Une importante couche de litière de chanvre sur le fond permettra non seulement d'éviter la plupart des odeurs, mais aussi à la souris de re-créer un peu son mode de vie naturelle, en creusant dedans des galeries (quelques tunnels de bois ou rouleaux de carton disposés sous la litière l'aideront à se fabriquer un véritable réseau sous-terrain).



Si les cages ne permettant pas une épaisseur de litière suffisante, ou aux côtés lisses en plastique (« Habitrail », « Plexi ») sont adaptées au tout début de la vie d'une souris (impossible pour elle de se sauver au travers des barreaux encore trop espacés pour son tout petit gabarit), elle sont à proscrire pour la souris adulte, n'offrant pas de possibilités suffisantes de jeux, de plate-forme en étage, ni d'aération satisfaisante.
De plus, en vieillissant, une souris, comme tout animal, peut connaître des problèmes locomoteurs. Une cage possédant un large plateau lui permettra de ne pas se sentir trop à l'étroit.

10.jpg                        Souris handicapée du train arrière, ayant besoin d'une cage à grand plateau     (photo 7)

En résumé, une cage grande, bien aérée et bien entretenue évitera à votre souris des pododermatites, et à vous des frais vétérinaires.

11.jpg               Souris victimes d'une cage trop petite, sans litière, et très peu nettoyée : l'une est souillée par l'urine, l'autre a développé une pododermatite au train arrière.        (photo 8)

Les sorties

 A.jpg
                        En promenade ....        (photo 9)

Aussi grande et bien aménagée que soit sa cage, la souris sera heureuse d'en sortir régulièrement pour des promenades.

B.jpg                        Une autre souris, une autre promenade        (photo 10)

Un espace sécurisé (attention, une souris se glisse facilement dans de tous petits espaces, et ronge tout, même les fils électriques), comme une pièce sans danger, ou un morceau de pièce aménagé en parc, un dessus de lit, tout peut devenir espace de sortie. Varier l'espace de sortie est plus intéressant pour votre souris, qui aime explorer des endroits inconnus.

C.JPG                        La chasse à la mouche, une activité passionnante....        (photo 11)


D.JPG               Le "sac à promenade" permet d'emmener sa souris d'un endroit à un autre sans danger     (photo 12)


Vous-même pouvez être un parcours de promenade très apprécié de votre souris.

12.jpg                 Une promenade dans les manches de papa n'empêche pas de venir dire un petit bonjour     (photo 13)


 

La litière

Comme dit plus haut, la litière de chanvre semble la meilleure litière pour la souris. Sans émanation toxique (contrairement aux copeaux de sapin ou de cèdre, pourtant encore largement répandus dans les rayons et même dans les cages des animaleries, qui peuvent lourdement endommager le système respiratoire des rongeurs) et au pouvoirs absorbants très élevés (humidité et odeurs), répandue en couche de plusieurs centimètres (une dizaine est déjà une épaisseur intéressante pour la souris) sur tout le fond de la cage, et à condition que cette dîte-cage soit d'une taille convenable, elle pourra rester longtemps en place (plusieurs mois, selon le nombre de souris -1 à 3 pour une cage de 80cm x 50cm), permettant à la souris de conserver ses repères olfactifs tout en nettoyant quotidiennement le reste de la cage (barreaux, jouets, gamelles, plateformes), Le jour où vous changez la litière, il vaut mieux éviter de nettoyer la totalité du reste (laisser par exemple un jouet ou un dodo avec ses odeurs), toujours pour cette question de repère.

13.jpg                        Une dizaine de centimètres de litière de chanvre, de quoi bien s'amuser       (photo 14)

De la même façon, on évitera pour que la souris se fasse un nid, de lui donner des fibres de coton ou des fibres similaires, le risque étant que des fibres n'entourent une patte, pouvant faire effet garot. Cela peut aller jusqu'à la perte de la patte. Le même risque existe autour du ventre ou du cou.
On préférera le kapok, sans risque, très doux, et fortement apprécié des souris. On le distribuera « tout prêt », ou en graine, la souris se chargeant alors de vider la coque pour en extraire son dodo.


06.jpg                        Dans le confort ouaté du kapok        (photo 15)

Le budget

Trop souvent, la souris est achetée « parce qu'elle ne coûte pas cher ».
En effet, à l'achat, on peut trouver des souris dès 2€. La cage est achetée une fois pour toutes, et pourra servir à bon nombre de petites souris, une fois la première partie au paradis des rongeurs. Les jouets seront eux aussi encore en services pour plusieurs années, après leur première propriétaire. La nourriture, même choisie soigneusement (toutes mes souris se sont toujours trouvées très bien d'un mélange de 5 céréales bios floconnées, agrémenté chaque soir d'une gourmandise variée) ne coûte que quelques centimes par jour.
Mais quand on devient propriétaire d'une souris, il ne faut pas oublier un facteur inconnu : le vétérinaire.



Ce n'est pas parce qu'une souris ne coûte que quelques euros à l'achat qu'elle ne doit pas être soignée au même titre que le chien ou le chat de la maison. Délaisser l'aspect santé de sa souris relève de la même maltraitance que le chien ou le chat malade ou blessé laissé sans soins, et est punissable au même titre par la loi, quand cela vient à se savoir.

15.jpg       Marquage de laboratoire à l'oreille, cette petite souris, conçue pour développer une maladie précise aura souvent besoin de l'intervention du vétérinaire          (photo 16)

Il est alors bon de se préoccuper de trouver l'adresse d'un vétérinaire spécialisé dans les NAC (comme précisé plus haut par rapport à la castration), la plupart des vétérinaires « chiens-chats » n'étant pas compétant dans ce domaine (certains allant jusqu'à prétendre qu'une souris est si légère qu'un dosage de médicaments ne peut pas être calculé. Calcul que saura pourtant faire un vétérinaire spécialisé).
A noter qu'un vétérinaire « NAC » n'est pas plus cher qu'un vétérinaire « chiens-chats ».

En écrivant à cette adresse, vous obtiendrez les adresses des vétérinaires spécialisés en NAC de votre département (bien préciser le n° du épartement dans votre demande) : vetosnac@gmail.com

Les aliments nocifs


16.jpg           Si quelques miettes de gâteau font plaisir et sont sans conséquence, mieux vaut ne pas laisser votre souris se servir seule, elle pourrait être trop gourmande      (photo 17)

Cette liste est non exhaustive, et pourra être allongée au fil du temps.....
Attention aussi aux médicaments laissés sans surveillance : les petites dents des souris ont vite fait de venir à bout d'un tube de pommade ou d'un oppercule de tablette de comprimés.

- Alcool
- Chocolat
- Café, thé (tous les excitants)
- Epices
- Pomme de terre crue
- Pépins (toujours retirer les pépins des fruits)
- Agrumes


En outre, le système respiratoire des rongeurs, donc de la souris, étant fragile, il est recommandé de ne jamais fumer dans la pièce où la cage est installée.



 



                                             Bonne route avec votre / vos souris

17.jpg

                         (photo 18       

Merci pour leur collaboration involontaire à l'illustration de cet article à Kinish (photos 1 & 5), Baltazard, Gustave & Coco l'Asticot (photo 2), Ernest (photo 3), Pluto (photo 4 & 8), Chichoune (photo 5), Pixel (photo 6), Fleur (photo 7), Dingo (photos 8 & 18), Daphnée (photo 9), Christophe (photo 10), Momo (photos 11, 12 & 15), Violette (photo 13), Dudulle (photos 14 &17) et Sylvette (photo 16)

Repost 0
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 21:40

Il arrive qu'en voulant photographier une fleur, on découvre une toute petite bêbête semblant sortie tout droit d'une bande dessinée.....

 

 

 

 

 

 

Repost 0