Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 14:40

De nos jours il est à la mode, donc de bon ton, d'appartenir à une catégorie, quelle qu'elle soit.
C'est ainsi que chez les « amis des animaux », on appartient facilement à la catégorie des végétariens, des végétaliens, voire des vegans. (je ne parlerai pas des "flexitariens", qui sont des omnivores qui ne s'assument pas en tant que tels)
Mais que ce cache-t-il exactement sous ces appellations, trop souvent galvaudées ?

Par définition, le végétarien ne mange aucune chair animale. Le vivant, sur Terre, se partage en trois règnes : le règne animal, le règne végétal et le règne minéral.
Les poissons, les poulets, les cochons sont, jusqu'à ce qu'on nous prouve le contraire, des animaux. Pourquoi rencontre-t-on alors tellement de monde se prétendant végétarien, tout en précisant « je mange juste du poisson, des crustacés, du poulet et/ou du jambon » ?  

 

http://i59.servimg.com/u/f59/11/19/28/79/images11.jpg

 

Par définition, le végétalien ne mange aucun produit issu des animaux. Dommage de rencontrer encore des végétaliens buveurs de boissons au cola, contenant notamment de la cochenille. Mais reconnaissons que dans l'ensemble, les végétaliens respectent les préceptes du groupe alimentaire auquel ils appartiennent. Peut-être parce qu'ils sont peu nombreux?
En effet, beaucoup de végétaliens, aujourd'hui, trouvent visiblement plus « classe » de se considérer comme vegan.

 

http://i59.servimg.com/u/f59/11/19/28/79/images12.jpg


Par définition, le vegan refuse la consommation, alimentaire ou non, de tout produit issu de l'exploitation animale humaine et/ou non humaine.
Un vegan ne montera donc pas à cheval (jouera encore moins au tiercé), ne sera pas spectateur d'un cirque exploitant des animaux, n'entrera pas dans un zoo etc....
Il ne portera pas de vêtements comportantt de la fourrure, du cuir, des plumes, du « gore-tex », de la soie, de l'élastine etc.....
Il ne fréquentera pas les chaînes de restauration rapide exploitant leurs employés, ni ne portera de marques exploitant des enfants dans les pays en voie de développement.
Bien entendu, c'est la base, il ne consommera pas d'aliment provenant de l'exploitation animale, humaine et/ou non humaine.
Végétalien dans son régime alimentaire ? Non, pas exactement. Le végétalien peut dans sa logique manger tout ce qui n'est pas produit par l'animal. Le vegan se devra d'aller plus loin, et de ne pas consommer d'aliment issu de l'exploitation animale, même indirecte.
Aliments ici visés ? Le soja produit dans les pays équatoriaux (le soja bio cultivé en France, sans déforestaion, est sans problème consommé par les vegans) et l'huile de palme.
Comment, en effet, se prétendre vegan quand on consomme un produit pour lequel des animaux, humains et non-humains, sont tués, violentés, emprisonnés chaque jour ?  

 

http://i59.servimg.com/u/f59/11/19/28/79/images13.jpg

             Pour planter les palmiers à huile, il faut d'abord détruire la forêt tropicale en la brûlant

 

les orangs-outans sont souvent les plus cités, mais ils sont loin d'être les seuls concernés : beaucoup d'autres races de primates subissent le même sort (brûlés vifs dans la déforestation, enfermés dans des bordels pour satisfaire les pulsions sexuels de désaxés), les oiseaux tropicaux sont capturés pour être vendus notamment aux touristes, les éléphants sont également victimes directes de la déforestation.
Quant aux humains vivant sur les terres visées pour être plantées de palmiers à huile, leurs villages sont pillés, détruits, les populations emprisonnées, les femmes violées, les hommes tués.

 

http://i59.servimg.com/u/f59/11/19/28/79/images14.jpg
   Eléphant empoisonné pour l'huile de palme


Au nom d'un « veganisme à deux vitesses », on refuserait donc de laisser sur-exploiter les vaches « bien de chez nous », de laisser voler le lait des veaux « bien de chez nous », de voir tout ce petit monde partir à l’abattoir à un âge où il ne demande qu'à vivre, mais on accepterait que les pires exactions soit pratiquées sur des animaux « de là-bas », loin de nos yeux.

 

http://i59.servimg.com/u/f59/11/19/28/79/sans-t10.png

 Femelle orang-outang prostituée pendant 12 ans


Pourtant, peu nombreux sont les « vegans » à se préoccuper de s'alimenter sans cette huile de palme. Certains évoqueront pour se disculper la si fameuse certification RSPO. Certification officiellement sans valeur, puisqu'auto-délivrée par les palmistes eux-même. Les animaux victimes de la « déforestation durable » sont désormais légion.

 

http://i59.servimg.com/u/f59/11/19/28/79/images15.jpg
 Des associations tentent de sauver les animaux de la forêt


En outre, un vegan ne peut manger que « bio ». Un aliment non bio, bourré de produits chimiques testés sur les animaux (dont certains destinés, d'ailleurs, à tuer des animaux : les pesticides) ne pouvant en aucun cas, c'est logique, être considéré comme vegan.

 

http://i59.servimg.com/u/f59/11/19/28/79/images16.jpg

Orang outan brûlé vif dans la déforestation pour l'huile de palme

   
Alors finalement, parmi les gens qui se déclarent vegan, combien sont en fait de simples végétaliens ? Un écrasante majorité. Hélas.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Planète Animale - dans Consommation
commenter cet article

commentaires